La fin du système d’admission post-bac en 2018

Le ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, a annoncé le 3 septembre dernier au Journal du dimanche que la plate-forme APB sera achevée en 2018. Ce sujet a été également évoqué par Jean Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, le 31 août sur RTL. Suivez ci-dessous les informations concernant cette bonne nouvelle ainsi que les opportunités qu’offre la liberté pédagogique des enseignants.

Modifier la procédure d’affectation

Ce changement consiste à rénover profondément le système antérieur. Pour postuler à l’université et déposer leurs dossiers, les étudiants sont obligés de faire la queue devant l’établissement concerné. Dans ce cas-là, les premiers arrivés seront les premiers servis.

C’est à cause de cette procédure que de nombreux bacheliers n’ont pas pu entrer à l’université durant cette année scolaire. Selon Frédérique Vidal, « une gestion informatisée est nécessaire ». Ainsi, le principe du tirage au sort dans les filières les plus sollicitées sera supprimé en 2018. De plus, elle propose de limiter le nombre de vœux possibles à seulement 24, afin d’éviter les orientations par défaut. En conséquence, cela pourrait être avantageux pour les étudiants et ils pourront trouver facilement leurs affectations à l’université de leur choix.

Par ailleurs, les acteurs de l’éducation ont également adopté « une remise des propositions » qui débutera au mois prochain. Le fonctionnement de l’algorithme sera modifié par rapport aux arbitrages validés à la fin du mois d’octobre, selon le site d’information spécialisé Educpros. Pour les 6000 bacheliers encore sans affectation, le ministre de l’Enseignement supérieur affirme que «  les rectorats travaillent sans cesse pour trouver une place qui convient à leurs profils ».

Liberté pédagogique des enseignants

Judith Grumbach, une documentariste passionnée d’éducation a réalisé un film : « Une idée folle » qui montre la particularité de neuf établissements scolaires en France. Elle a sélectionné des écoles où des enseignants essayent de développer les compétences, à savoir la coopération, la créativité, la confiance en soi, l’empathie, la prise d’initiative ainsi que les savoirs fondamentaux (écrire, lire, compter) chez les enfants.

Travaillant en équipe, les professeurs utilisent leurs propres techniques pour transmettre leurs enseignements. Selon cette réalisatrice, « il faut encourager les enseignants à utiliser la liberté pédagogique qui est la leur ». Cela contribue à leur propre épanouissement et à celui des élèves. Pour en savoir un peu plus à ce sujet, le documentaire a été diffusé le 10 septembre dernier, dans le cadre du Monde Festival. Et il reste toujours disponible sur le site du film.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Poursuivez votre lecture :

Publié le 30 septembre 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *