2021 : en route vers une réforme du bac et du lycée

Cet article a été publié le 29 octobre 2019

Tous les acteurs du secteur de l’éducation ne parlent plus que de cela : le nouveau baccalauréat. Déjà en vigueur pour les élèves de première, les premiers effets du processus ne se verront cependant que d’ici juin 2021. Des modifications plus ou moins significatives sont en train de s’opérer. Elles touchent plus particulièrement la nature et le nombre des épreuves à l’examen et s’orientent vers une suppression des séries générales. Pleins phares sur une réforme qui vise à dépoussiérer le système éducatif.

Les principes de la réforme du bac

Les prémices d’une vision plus moderne du lycée et du bac se sont profilées au mois de février 2018. Lors du Conseil des ministres, Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, soumet son idée de réforme avant de l’annoncer officiellement en conférence de presse. Au fil des mois, les contours du projet sont devenus plus nets. Résultat : les premières épreuves de l’examen tant redouté débuteront dès cette année scolaire, avec les élèves de première.

Les changements au niveau des épreuves

À ce jour, le baccalauréat comptait pas moins d’une dizaine d’épreuves terminales. Avec la réforme, ce chiffre passe à cinq et comprend une première étape en première, celle du français écrit et oral. Vers le mois de mars, les élèves de Terminale devront passer deux épreuves relatives aux spécialités qu’ils ont choisies.

Les résultats obtenus à chacun de ces examens seront pris en compte pour le calcul de la moyenne finale. Pour vous aider dans vos révisions, n’hésitez pas à vous rendre sur le site culture-de-lethe.com pour obtenir des cours soigneusement préparés pour faciliter les révisions.

2021 : en route vers une réforme du bac et du lycée

L’épreuve orale sur un projet

Au mois de juin de l’année de Terminale, deux autres épreuves attendent les élèves : la philosophie et un oral portant sur un projet prédéfini. Cette interview durera 20 minutes et se fera de manière individuelle. Toutefois, les élèves pourront disposer de deux ans pour préparer ledit projet.

Il leur sera d’ailleurs possible de travailler en groupe en première, mais une fois en dernière année, les recherches et les analyses devront être faites individuellement. En pratique, ces quatre épreuves, ajoutées à celle du français, compteront pour environ 60% de la note de l’élève au baccalauréat.

L’instauration d’un contrôle continu au bac

En principe, près de 40% de la note finale relèveront d’un contrôle continu relatif à deux modalités.

Les épreuves communes de contrôle continu

Une part importante ouvre la voie à des épreuves communes de contrôle continu ou E3C, environ 30%. Les élèves devront passer trois sessions d’épreuves ponctuelles dont les sujets porteront sur la plupart des disciplines suivies en janvier et en juin de la classe précédente. Les copies issues de ces examens seront par ailleurs anonymes et feront l’objet d’une correction par d’autres enseignants.

L’importance des notes obtenues durant toute l’année

Parmi les réformes les plus importantes figure la prise en compte des notes des bulletins scolaires des classes de première et de terminale dans la moyenne finale. Même si elle semble à double tranchant, cette mesure encourage cependant les étudiants à délivrer des efforts soutenus tout au long de leur scolarité. Toutefois, les autres principes de base du bac sont maintenus.

Pour réussir, il faudra cumuler au moins une moyenne de 10/20. Les systèmes de mentions et des oraux de rattrapage restent inchangés. Afin de suivre toutes les actualités dans le secteur de l’Éducation, visitez régulièrement la section dédiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.